Saint Christol d'Albion

Sur le Plateau d'Albion à 20 km au sud de Montbrun les Bains, Saint-Christol (Sant-Cristòu d'Aubion ou Sant-Cristou d'Aubioun en provençal) est une commune du Vaucluse (Provence-Alpes-Côte d'Azur) dans le canton de Sault. C'est sous la lumière de ce ciel méditerranéen que se sont baignés les poètes Pétrarque, René Char et Jean Giono. Selon un document de 1271, les premiers habitant de Saint-Christol furent des moines. De 1860 à 1880, le commerce de la Garance créa des relations avec toute l'Europe. A la fin des années 1960, en pleine guerre froide, ce petit village isolé entouré de lavande et de cailloux, devint le centre névralgique du système de défense de l'armée française.

Activités & Vie Locale

Aujourd'hui très connue pour sa culture de la lavande, l'économie du Plateau est restée essentiellement tournée vers l'agriculture (lavande, épeautre et autres céréales, champignons, production de miel, élevage ovin et caprin) et le tourisme.

Les habitants peuvent bénéficier de nombreux services et équipements dont une école primaire, une salle polyvalente, une maison de retraite, un centre aéré, un boulodrome. Des petits commerces alimentaires existent également ainsi que la poste et une station service.

Depuis peu a ouvert le Musée Marceau Constantin, consacré à l'oeuvre de l'artiste.

Une Foire aux agnelles a lieu chaque premier dimanche du mois d'août.

Pour les amoureux de la nature, circuits pédestres et randonnées à cheval peuvent agrémenter votre séjour.

Des visites d'avens sont organisées par des spéléologues de l'ASPA.

Histoire

Nous retrouvons l'appellation "Albion" dans tous les textes médiévaux. Elle désigne la région située de la montagne de Lure à la montagne de Lagarde. Ce terme est utilisé sur le plateau durant tout le Moyen-Age.

Des traces d'occupation d'hommes du néolithique furent attestées par la découverte de haches en pierre polie. Puis le territoire fut colonisé par les gallo-romains. Le plateau d'Albion était alors le domaine de la tribu des Albiques qui ont donné leur nom au plateau. Leur dieu majeur était une divinité guerrière et alpestre, nommé Albiorix, qui devint Mars Albiorix sous les Romains. Le défrichement commença à cette période. Sur une colline située à 4 kilomètres au nord-ouest du village, au lieu dit "Villa de Saint-Just", de nombreux tessons et une inscription votive furent découverts.

Suite à la fondation du Revest en 1082 par les moines de Cluny, on assista au renouveau des villages de Saint Trinit, Ferrassières et Saint Christol. Les d'Agoult régnaient alors sur le pays d'Apt et de Sault et confièrent la gestion du pays aux moines bénédictins de Saint André de Villeneuve-lès-Avignon qui défrichèrent de nouveau les terres du plateau.

Le 22 avril 1561, Saint-Christol devient terre comtale. Charles IX érigea la baronnie en comté pour François d'Agoult avec création d'un siège d'appeaux. Ce comté passa successivement ensuite aux Blanchefort-Créquy en 1573, puis aux Lesdiguières en 1611 et enfin aux Neuville de Villeroy en 1703.

L'église du village, placée sous le double vocable de Notre-Dame et de Saint Christophe a été restaurée au cours du XVIIe siècle. Le château des Agoult, comtes de Sault, datant du XIIe siècle, a également été restauré au début du XVIIIe siècle puis ruiné en 1793. Il comprenait quatre tours dont l'une fut utilisée comme prison. Il ne reste aujourd'hui qu'une seule tour, transformée en pigeonnier.

Le Maquis Ventoux : à partir de l'hiver 1942-1943, le plateau de Sault vit arriver les réfugiés d'Alsace-Lorraine. Dès octobre 1942, les villages et hameaux du plateau accueillirent et laissèrent s'installer plusieurs dizaines de réfractaires au S.T.O. Ils les munirent de fausses cartes d'identité et cartes d'alimentation. Pour faciliter leur approvisionnement, ils furent regroupés près des villages d'Aurel, de Saint-Trinit et de Saint-Christol. Le Maquis Ventoux, appartenant au réseau désigné sous le nom de code R2, fut au cours de la Seconde Guerre mondiale l'un des plus importants maquis de Provence.

Base stratégique : en 1965, le Plateau d'Albion fut choisi par le gouvernement comme base de sa Force Aérienne Stratégique (FAS) et l'implantation des missiles Sol-Sol Balistiques Stratégiques (SSBS) et du 1er Groupement de Missiles Stratégiques (1er GMS) sur une zone de 800 Km2. En 1966, la commune abrita donc la BA200, principale base des installations stratégiques du Plateau d'Albion. L'installation du 1er GMS, avec sa base de missiles stratégiques à fusées nucléaires fut opérationnelle en 1972. Cette force de dissuasion comprenait 17 silos avec des missiles IRBM (Intermediate Range Balistic Missile) de type SSBS (Sol-Sol Balistique Stratégique). Ils avaient une porté de 3 600 kilomètres et une puissance de 9 mégatonnes. Leurs postes de tir se trouvaient à Rustrel et Reilhanette. Saint-Christol d'Albion devint l'un des endroits les plus secrets de France.

La base fut officiellement fermée le 16 juin 1999. La BA200 fut rebaptisée Quartier Maréchal Koenig et accueille actuellement 1000 légionnaires du 2e régiment étranger de génie. La piste d'atterrissage et la tour de contrôle sont dorénavant abandonnées. Depuis 2003, le Quartier Koenig abrite aussi une station d'écoute de la DGSE qui emploie 150 personnes.

Après le démantèlement des missiles qui dura 2 ans, la plupart des silos furent murés et laissés à l'abandon. Cependant, un des silos fut transformé en observatoire astronomique public (SIRENE) et un des PCT en laboratoire souterrain à bas bruit (LSBB), dépendant de l'Université de Nice.

Patrimoine

L'église romane Notre-Dame et de Saint-Christophe (XIIe siècle) :

Cet édifice appartenait comme beaucoup d'autres dans la région de Sault et de Montbrun les Bains, à l'Abbaye Saint André de Villeneuve-lès-Avignon. Fondée en 1119 par les moines bénédictins, elle est classé au Monuments Historiques depuis 1909.

Aujourd'hui l'église comprend deux parties distinctes, l'une romane et l'autre gothique. La partie romane est constituée d'une nef de trois travées terminée par une abside semi-circulaire soutenant une voûte en demi-coupole. Le sanctuaire se prolonge par un autel et un bestiaire d'époque, six colonnes ploymorphes sculptées, où s'entremèlent animaux et végétaux. Le Bien et le Mal y sont représentés. Des monstres aussi divers qu'anthropophages (sphinx, sirènes, dragons) y affrontent des lapins, des poissons, des pélicans et des lions. L'église a été restaurée en 1644 et remaniée en 1668 par l'adjonction d'un bas côté nord et la couverture de la nef en maçonnerie. Une réplique de l'autel se trouve aujourd'hui au Musée de l'Homme au Trocadéro à Paris.

Guy Barruol décrivit cette église comme unique en Provence pour son décor, l'un des principaux témoignages de l'art roman de la région.

La chapelle de Notre-Dame de l'Amaron se situe sur le mont Amaron. C'est une chapelle romane.

Le Lavoirs, les fontaines, les bories et les maisons anciennes constituent également le patrimoine de cette commune qui possède également un patrimoine naturel important constitué de nombreux avens dont les plus profonds sont celui du Souffleur (795 mètres) et l'aven Autran (647 mètres).

A quelques pas de l'église se trouve le moulin Reynier, désaffecté, datant de 1835.

En arpentant le village, au-dessus de la poste, on peut remarquer un magnifique campanile ancien surmonté d'un coq.

Une vierge sculptée dans la pierre orne l'angle d'une maison, place de la Poste.

Une fresque orne un mur, rue de l'église.

Saint Christol d'Albion 1 Saint Christol d'Albion 2 Saint Christol d'Albion 3

Mis à jour le 11 juin 2013),
credits photos: ot Sault, Michel Wal (GFDL), OTmontbrun

Données:

Code postal: 84390,
1104 habitants, (Saint-Christolains),
superficie: 4608 ha, alt.: de 810 à 1108 m.

Coordonnées GPS : N 44 01.679 E 5 29.567

Adresse(s) utile(s):

MAIRIE Place de la Mairie 84390 SAINT CHRISTOL D'ALBION,

tél: 04.90.75.01.05, Fax: 04.90.75.05.10

ouverture du lundi au jeudi de 8H00 à 12H00 et de 13H30 à 17H30, & le vendredi de 8H00 à 12H00 et de 13H30 à 16H30. Fermé les samedis, dimanches et jours fériés.

Egalement à Saint Christol d'Albion

En savoir plus

Partager sur Facebooktweeter cette page